Rechercher
  • Yuri Saito

Anna


J’ai entamé la démarche KonMari à un moment où je devais faire du « vide » concrètement, devant désemplir un entrepôt dans lequel je conservais depuis 11 ans des meubles et souvenirs d’un chalet que j’avais vendu.


Yuri m’a invitée à suivre la méthode KonMari au même moment de mon l’obligation de rendre l’entrepôt vide, et cela m’a aidé à le faire sereinement. Nous avons commencé chez moi et procédé méthodiquement, la structure et les étapes du processus étant rigoureux et demandant une totale adhésion ; s’apercevoir que nous avons tant de choses cachées, oubliées (intentionnellement le plus souvent) est édifiant. Mettre ces objets en évidence, les prendre dans ses mains, en prendre soin, les déposer dans un tiroir ou dans une boite avec douceur, loin d’un banal rangement, a été révélateur et bouleversant ! Chaque élément qui compose un univers personnel a une raison d’être là, je me souvenais exactement où, quand, dans quelles circonstances et pour quelle raison je l’avais acheté ou amené chez moi.


Se défaire (et non pas se débarrasser !) de ces objets, qu’ils représentent un bon ou mauvais souvenir, a été pour moi une « initiation » cruciale qui m’a permis de me libérer par rapport à tant de choses.


Des moments impressionnants ; toutes mes chaussures … mes 20 ans, 30 ans, elles étaient là étalées devant moi, sorties de leurs cartons. Yuri m’a appris à dire au revoir et merci à celles qui avaient accompagnés mon chemin de certaines périodes de ma vie, les libérant pour d’autres trajets et me libérant également sereinement pour mes prochains parcours. Beaucoup d’émotion pour des vieilles « godasses », et oui ! Le plus de cette méthode est que j’ai conservé, bien rangées et visibles dans mon armoire les souliers qui me rappellent des instants de douceur, de ma jeunesse, des périodes harmonieuses.


J’ai appris à avoir de l’égard pour mes vêtements, ustensiles de cuisine, décorations de mon salon et autres objets divers, et surtout des toutes petites choses, inutiles et dérisoires que je conserve dorénavant dans une jolie boite, avec lesquelles je joue et converse parfois …. Les livres lus, les CDs écoutés, les habits trop petits, les dossiers classés vivent une autre vie et moi je poursuis la mienne, accompagnée de ce qui m’est important ; « chez moi pour moi » !


Libérée de la tristesse qui m’accablait à la perspective de devoir jeter des meubles et objets souvenirs, j’ai pu sereinement rendre l’entrepôt vide, après avoir donné, recyclé et même brulé dans ma cheminée des objets en leurs disant simplement MERCI !